Après vous être inscrit, vous pouvez nous faire parvenir une communication sur le thème de votre choix en lien avec les ateliers. Toutes seront acceptées dans la limite de 20.000 signes (caractères et espaces). Elles seront mises en ligne et pourront être lues par les personnes inscrites au colloque et par le Comité Scientifique Expérienciel.

À la suite du colloque, des textes seront sélectionnés et retravaillés pour faire l'objet d'une publication sous la forme d'« Actes ».

 

Les ateliers

6 ateliers sont retenus et font l’objet de l’appel à communication et de débats en présence et à distance.

La famille :

La VAE en milieu carcéral s’inscrit dans un dispositif complexe ou certaines valeurs d’échanges (re)surgissent. Que ce soit du côté administratif (pièces justificatives…) ou relationnel, nous nous trouvons dans une organisation spécifique et les liens avec les familles se « re-créent ». Ce sont des histoires de vies qui apparaissent grâce à un accompagnement qui invente des liens. Cet atelier est d’ores et déjà en route et est constitué de personnes détenues diplômées en VAE et de personnes sorties, des familles et des acteurs du dispositif de Médiaction. Il est, bien évidemment, ouvert à tous.

La formation :

Chaque expérimentation et vécu professionnel devraient faire l’objet d’une forme de transmission de connaissances. Le travail quotidien des accompagnateurs de VAE n’est, à ce jour, pas formalisé ou très peu. Une réflexion de fond doit pouvoir s’engager pour pouvoir proposer une pérennisation du dispositif de VAE en milieu carcéral (qui pourrait aussi ouvrir des portes à l’extérieur).

La validation (« diplômaction ») et les jurys :

Organiser un jury pose des contraintes, et y participer aussi. Les personnes incarcérées pour la plupart n’ont pas une pleine « liberté » d’action et cela pose très régulièrement des problèmes que ce soit au niveau de la recevabilité (livret 1) et/ou du « comment » se rendre à un jury. Les jurys se déplacent-ils facilement ? Quelle place pour la visio-conférence ? Pourquoi les modalités sont différentes en fonction des certificateurs ?

Le sens de l’accompagnement :

L’accompagnement pour se présenter à un diplôme ou un titre par le biais de la VAE n’est pas obligatoire, mais il est très souvent nécessaire et le contexte qui environne ces dispositifs prouve que la qualité et la spécificité de l’accompagnement sont majeures. En détention, l’accompagnement va généralement au-delà d’une simple émergence de compétences. N’est-il pas une « écoute » régulière ? Et qu’est-ce donc qu’un accompagnement ?

La temporalité :

Le temps qui passe, les moments qui s’instaurent viennent rythmer les parcours de VAE en milieu carcéral. En prison, les rythmes sont gommés et les regards sont différents, parfois peu appropriés à l’action. C’est pourquoi il faut inventer de nouveaux espaces/temps pour s’adapter ou « complémentariser » l’accompagnement qui peut prendre ici toute la dimension forte du « CO » (dans la dimension du « co-contruire », par exemple).

Décrochage et "racrochage" :

« Selon le code de l'éducation, un décrocheur est un élève qui quitte un cursus de l'enseignement secondaire sans obtenir le diplôme finalisant cette formation ».
La notion de « décrochage » va certainement beaucoup plus loin, dans la mesure où ce n’est pas le fait qui importe le plus, mais les conséquences que cela entraîne avec une « désinsertion » sociale presque inéluctable. C’est alors que s’engagent des réflexions-actions pour envisager et construire le « racrochage » par des accompagnements adaptés aux personnes concernées, souvent à inventer.

 

Retour à l'accueil